CIRCAV

  • Logo Lille3
  • Logo GERiiCO
  • Logo CIRCAV

Actualités



2016
Septembre

Pour une éthique des médias
Les images sont aussi des actes



Photographie de couverture : d.r.


Auteur

François Jost

Édition

de l'aube

Collection

Monde En Cours

Format

143x220 - 400 pages

Résumé :

Il a fallu attendre la moitié du : XXe siècle pour admettre que le langage ne fait pas que décrire le monde, mais qu’il accomplit des actions. Même si l’idée que les paroles ne sont pas des actes est encore communément admise, chacun expérimente un jour ou l’autre dans sa vie, en certaines circonstances, que les mots font ce qu’ils disent. Pour François Jost, il est clair que photos et séquences filmées sont aussi des actes, et pas seulement des images. Journaux télévisés, chaînes d’information continue, mode du selfie, réseaux sociaux... L’intellectuel décortique, à la veille de l’élection présidentielle, l’actualité et les outils de communication actuels, entre analyse des médias et analyse politique. Un essai extrêmement instructif et passionnant de bout en bout.


L'auteur :

François Jost est professeur à la Sorbonne Nouvelle Paris-III. Fondateur du Centre d’étude sur les images et les sons médiatiques, il est l’auteur de nombreux ouvrages dont récemment, Les Nouveaux Méchants. Quand les séries américaines font bouger les lignes du Bien et du Mal (Bayard, 2015).





2016
Avril

Breaking Bad :
Le diable est dans les détails



Cliché de couverture : Kuhr Sril


Auteur

François Jost

Édition

Atlande

Collection

À suivre...

Format

160x160 - 177 pages



Résumé :

À Suivre... Vous voulez tout comprendre des séries cultes ? Débusquer les sens cachés ? Dévoiler des références inédites ? Débattre des enjeux sociaux, politiques, économiques de votre émission fétiche ?
Alors, cette collection est faite pour vous !
Qualifiée de meilleure série de tous les temps, Breaking Bad n'est pas seulement le récit d'un homme décidé qui se lance dans la fabrication de drogue après avoir appris qu'il est atteint d'un cancer, c'est d'abord une oeuvre d'art qui peut se voir et se revoir.
Le diable est dans les détails : Découvrez comment les créateurs ont réussi la série la plus primée de l'histoire du genre... Démélez les fils d'un scénario qui désoriente le spectateur et se joue des personnages... Repérez les détails qui parsèment les épisodes de miroirs réfléchissants... Parcourez les réseaux qui conduisent des bonnes intentions aux situations infernales et qui font réfléchir le spectateur aux conséquences de ses propres actes... Percez les références poétiques et constituez votre propre trousseau de clefs de lecture...


L'auteur :

François Jost est professeur à l'université Paris III. Personnalité marquante du monde des médias, il est l'auteur d'une vingtaine d'ouvrages sur ce domaine ainsi que scénariste et réalisateur. Il dirige la revue Télévision et, chez Atlande, la collection À Suivre...





2015
Novembre

Nouer le lien social
Pratiques de communication & lien social








Sous la direction de

Sébastien Rouquette

Édition

Presses universitaires Blaise Pascal

Collection

Communication, cultures & lien social

Format

150x250 - 280 pages

Résumé :

Téléphone portable, SMS, internationalisation des séries télévisées et des bandes dessinées : les pratiques de communication évoluent fortement. Or ces pratiques de communication servent à tisser des relations. Elles nouent le lien social. Quels rôles jouent alors ces nouvelles pratiques dans la reconfiguration du lien social ? Modifient-elles le vivre ensemble ? Nourrie de données diverses – entretiens approfondis sur les usages des smartphones dans les couples, enquêtes statistiques sur la place des technologies de communication dans la vie des migrants, analyses de chansons questionnant le lien social interculturel – cette recherche collective apporte un éclairage nouveau sur la question du lien social et sur sa reconfiguration actuelle.
Ce livre montre comment les pratiques de communication quotidiennes renforcent les logiques sociales existantes. Comment, par exemple, les pratiques de communication ritualisées permettent aux groupes sociaux catholiques ou francs-maçons de perpétuer leurs traditions internes tout en se distinguant de l’extérieur. Mais il montre, parallèlement, pourquoi la multiplication des SMS, l’usage croissant du smartphone, accompagnent un mouvement d’individualisation des liens sociaux.
Dans une société de plus en plus mobile, le portable permet de rester en contact avec ses proches, de gérer "efficacement" sa vie quotidienne ou encore de s’échapper virtuellement d’un environnement familial ou professionnel jugé pesant. Au total, les nouvelles pratiques de communication mobiles contribuent à la reconfiguration d’un vivre ensemble en favorisant un maillage individualisé, diversifié et expressif des liens sociaux.


L'auteur :

Sébastien Rouquette professeur en sciences de l’information et de la communication, est directeur du laboratoire de recherche Communication et sociétés.




2015
Mars

Les trente glorieuses du télespectateur
Une histoire de la réception télévisuelle des années 1950 aux années 1980



Illustration de couverture :
© Giuseppe Porzani
Fotolia.com.

Auteur

Géraldine Poels

Édition

Ina

Collection

Médias essais

Format

150x230 - 420 pages

Résumé :

Raconter la télévision non plus du point de vue de ceux qui la font, mais du point de vue de ceux qui la regardent : ce changement de perspective représente à la fois un défi méthodologique et une approche iconoclaste qui met à mal certains mythes, à commencer par celui du téléspectateur fasciné, un peu naïf et souvent passif.
Cet ouvrage propose donc une autre histoire de la télévision, celle de la réception et des publics, à partir d’une hypothèse : les manières de regarder la télévision, le sens qu’on donne à ces pratiques, sont historiquement déterminées. Pour le montrer, il reconstitue l’expérience des téléspectateurs de la période fondatrice, souvent considérée comme un âge d’or, celle de la télévision du monopole du service public, des années 1950 au milieu des années 1980.
Cette première étude historique de la réception télévisuelle retrace l’épopée de la télévision à la lumière de cet éclairage nouveau, d’un regard déplacé vers le quotidien des téléspectateurs : leurs manies et leurs goûts, leurs valeurs et leurs habitudes. Il permet de mieux comprendre comment, en trois décennies, s’est formé le grand public de la télévision – un public kaléidoscopique, indiscipliné mais aussi expert en critique télévisuelle. Ainsi, retraçant la généalogie du téléspectateur, du pionnier au zappeur, ce livre propose finalement une nouvelle histoire culturelle de la France des Trente Glorieuses.


L'auteur :

Géraldine Poels est agrégée d’histoire, ancienne élève de l’École Normale Supérieure et docteure en histoire contemporaine. Elle poursuit ses recherches sur les relations entre publics médiatiques et communautés nationales à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.




2015
N°24 Printemps-été

Revue Le Temps des Médias
Dossier : À table !






Sous la direction de

Françoise Hache-Bissette et Denis Saillard

Édition

Nouveau monde


Format

210x297 - 320 pages

Résumé :

Quelles sont les formes médiatiques du discours gastronomique ? Comment parle-ton de nourriture, d’alimentation ou de cuisine ? Comment se structure la médiation entre les producteurs, les chefs cuisiniers, les critiques gastronomiques, les publicitaires, etc. et les différents publics de consommateurs, ou même parfois simplement les amateurs de littérature gastronomique ? Quels effets le discours induit-il sur les pratiques gastronomiques ? Ce dossier du Temps des médias consacré à la gastronomie part du postulat que ce domaine comporte de nombreuses spécificités en raison de ses dimensions anthropologiques, de sa nature ambivalente entre plaisirs et nécessités, et des importantes différences culturelles, réelles ou imaginées, de sa conception à travers le monde. La dimension historique est ici une donnée fondamentale pour analyser au mieux médias et médiations gastronomiques.


Les auteurs :

Evelyne Cohen, Eva Coydon, Yann Forestier, Françoise Hache-Bissette, Olivier Londeix, Sidonie Naulin, Priscilla Parkhurst Ferguson, Priscilla Plamondon-Lalancette, Patrick Rambourg, Faustine Rénier, Olivier Roger, Denis Saillard, Guillaume Sire.




2014
Décembre

Itinéraires de
Roberto Rossellini



Illustration de couverture :
Ingrid Bergman dans Stromboli,
© Films sans frontières.

Textes réunis et présentés par

Robert Bonamy

Édition

ELLUG

Collection

La fabrique de l'Oeuvre

Format

140x215 - 176 pages

Résumé :

« II faut en permanence mettre en marche quelque chose de nouveau » déclarait Roberto Rossellini à l’occasion d’un colloque organisé en marge de sa présidence du Festival de Cannes 1977, quelques semaines avant sa mort. Le présent recueil, en associant esthétique et fabrique, plutôt que de penser les films de Rossellini au miroir de la seule société italienne ou en fonction de la prétendue césure entre cinéma et télévision, se propose de suivre ses multiples itinéraires. Les déplacements géographiques s’associent à des trajectoires historiques et temporelles complexes. Ce livre envisage aussi comment les films se font l’écho des sculptures, des textes poétiques, des créations théâtrales, des textes philosophiques que le cinéaste croise sur son parcours. L’autre piste, et cet enjeu est considérable, concerne l’empreinte des idées cinématographiques de Rossellini sur le cinéma moderne et contemporain, qui poursuit en quelque sorte les chemins traces tout en les réinventant. Autrement dit, les films de Rossellini continuent leur fabrique...


Livré avec un DVD :

La dernière utopie. La télévision selon Roberto Rossellini, par Jean-Louis Comolli (90') – Adriano Apra & Jean-Louis Comolli, entretien (39').





2014
Juin

Pour un cinéma
comtemporain soustractif



Illustration de couverture :
Liverpool,
de Lisandro Alonso, 2008. © Zootrope Films

Auteur

Antony Fiant

Édition

Presses Universitaires de Vincennes

Collection

Esthétiques hors cadre

Format

137x220 - 210 pages

Résumé :

Depuis le début du XXIe siècle, on observe l'apparition régulière de films minimalistes manifestant une réticence marquée envers le scénario, le récit, la parole, la musique et la psychologie. Qu'ils relèvent de la fiction, du documentaire, ou des deux à la fois, les films de quinze cinéastes du monde entier (Lisandro Alonso, Wang Bing, Alain Cavalier, Pedro Costa, Darejan Omirbaev, Béla Tarr, entre autres) sont ici analysés d'un point de vue esthétique et dramaturgique pour mieux mettre en évidence un geste soustractif.

Moins d'histoire, moins de dialogues, moins de décors, ces caractéristiques manifestent une belle foi en l'art du cinéma et en sa capacité de suggestion .


L'auteur :

Antony Fiant, professeur en études cinématographiques à l'université Rennes 2, écrit dans plusieurs revues de cinéma, notamment Trafic et Images documentaires. Il est l'auteur de deux essais monographiques: (Et) Le cinéma d'Otar Iosseliani (fut) (2002, L'Âge d'Homme) et Le cinéma de Jia Zhang-ke. No future (made) in China (2009, Presses Universitaires de Rennes)..





2014
Janvier

FELLINI
ET CASANOVA



Illustration de couverture : © extraite du livre de Gianfranco Angelucci et Liliana Betti,
Il Casanova di Frederico Fellini,
Bologne, Cappelli Editore, 1977.

Auteure

Emmanuelle Meunier

Édition

Presses Universitaires de Vincennes

Collection

Culture et Société

Format

137x220 - 308 pages

Résumé :

LE CASANOVA DE FELLINI est la réécriture cinématographique des mémoires de Casanova, Histoire de ma vie, rédigés en français entre 1789 et 1798. Si le film, sorti en 1976, est bien connu, sa genèse particulièrement accidentée est longtemps restée dans l'ombre. En présentant les différentes étapes de sa construction, cet ouvrage invite à découvrir sous une perspective inédite cette œuvre mal comprise et souvent mal aimée.

L'ANALYSE de l'avant-film éclaire les choix d'écriture et de réalisation de Fellini et met en lumière les rapports conflictuels que le cinéaste entretient avec sa création ou, plus précisément, sa créature.


L'auteure :

Docteur en études italiennes et professeur en BTS, Emmanuelle Meunier a publié De l'écrit à l'écran. Trois techniques du récit : dialogue, narration, description (L'Harmattan, 2004) et participé à l'ouvrage collectif dirigé par Bernard Papin, Images du siècle des Lumières à la télévision. Construction d'une culture commune par la fiction (INA/De Boeck,2010).





2013
Novembre

Les Formes brèves audiovisuelles
Des interludes aux productions web



Illustration de couverture :
© Rabascall / akg-images.
Ma collection, Photographie, 2007.



Sous la direction de

Sylvie Périneau

Édition

CNRS Éditions

Format

149x230 - 222 pages

Résumé :

L'essor des formats courts dans le secteur audiovisuel invite à la réflexion. Venant pallier l'absence de recherche conséquente en France sur ce sujet, cet ouvrage propose de balayer la diversité des productions actuelles : au cinéma avec la forme consacrée du court-métrage, à la télévision avec les programmes courts, les clips ou les interludes ou bien encore sur le web avec les films de chantier des musées, les partages d'extraits et les appropriations sérielles.
Entre cas d'étude particuliers et réflexions théoriques à la croisée de la sémiotique et des sciences de l'information et de la communication, les travaux présentés ici mettent en perspective les stratégies discursives et les logiques d'acteurs, ou encore les procédés rhétoriques qui construisent une production audiovisuelle contemporaine et à venir. Ce livre part à la découverte d'un objet multiforme et cherche à l'identifier.


Sous la direction :

Sylvie Périneau est agrégée de Lettres modernes et maître de conférences en Sciences du langage à l'université de Limoges. Membre du CeReS (Centre de Recherches Sémiotiques) depuis 1999, ses travaux portent sur une sémiotique de l'audiovisuel (cinéma, télévision) et des médias.


Les auteurs :

Marta Boni - Jean-Bernard Cheymol - Sébastien Fevry - Antoine Gaudin - François Jost - Amandine Kervella - Sylvie Périneau - Isabella Pezzini - Frédéric Pugnière-Saavedra - Florence Rio - Guillaume Soulez.





2013
Octobre

SEMEN 36
LES NOUVEAUX DISCOURS PUBLICITAIRES




Illustration de couverture : © Marie Bonjour, à partir d'un dessin de l'artiste Paul Kallos,
initialement offert à Thomas Aron (Alufc, 1984).

Revue de

sémio-linguistique des textes et discours

Coordonnée par

Marc Bonhomme

Édition

Presses Universitaires de Franche-Comté

Format

148x210 - 230 pages

Résumé :

Suite à la mutation des contextes sociomédiatiques et à l'épuisement de ses modèles traditionnels, la publicité s'est profondément renouvelée ou tournant du XXlème siècle. Alors que les supports publicitaires se sont diversifiés avec le développement des médias électroniques, les stratégies publicitaires privilégient progressivement la promotion des marques ou détriment des produits. Parallèlement, les publicités récentes tendent à brouiller leurs messages en les parasitant par des contenus a priori étrangers ou marketing. Quant ou langage publicitaire lui-même, il évolue de plus en plus vers le second degré et les pratiques métadiscursives en jouant avec la culture du public et les codes médiatiques.
Cette livraison de Semen se propose de rendre compte des transformations proprement discursives des pratiques publicitaires depuis une quinzaine d'années, en s'intéressant aux répercussions que ces pratiques ont sur la dimension linguistique et iconique des annonces. En quoi les nouveaux discours publicitaires affectent-ils la rhétorique des messages commerciaux ? Quelles incidences ont-ils sur leur fonctionnement communicationnel ? Comment se concrétisent-ils dons la production des slogans, des textes et des images ?
Réunissant neuf contributions de chercheurs provenant d'horizons divers (Fronce, Suisse, Italie, Chili), ce numéro offre une réflexion approfondie sur les tendances publicitaires les plus actuelles, à travers leur diversité : stratégies dialogiques, pratiques intertextuelles, émergence de l'éthos des marques, dépublicitarisation, brand content, buzz, marketing viral, publicité ethnique ...


Les auteurs :

Olivier Aïm, Karine Berthelot-Guiet, Marc Bonhomme, Carine Dtuteil-Mougel, Séverine EQUOY Hutin, Laurence Guellec, Myriam Hernandez Orellana, Stéphanie Kunert, Caroline Marti de Montety, Stéphanie Pahud, Valérie Patrin-Leclère, Laura Santone, Jean-Claude Soulages, Didier Tsala-Effa.





2013
Juillet

Cinéma muséum
Le musée d'après le cinéma



Illustration de couverture : © Mark Lewis,
Cinema museum, 2008.

Sous la direction de

Barbara Le Maître
et Jennifer Verraes

Édition

Presses Universitaires de Vincennes

Collection

Esthétiques hors cadre

Format

137x220 - 202 pages

Résumé :

Les œuvres de Brian De Palma, Ryan Gander, Jean-Luc Godard, Dominique Gonzalez-Foerster, Fabrice Lauterjung, Mark Lewis, Chris Marker et Tony Smith invitent à méditer le caractère imaginaire du patrimoine cinématographique, et du musée aussi bien. Il s'agit de se demander ce que le cinéma fait au musée, c'est-à-dire ce qu'il y fait et ce qu'il lui fait - et, réciproquement, ce que le musée fait au cinéma.


Sous la direction :

Barbara Le Maître et Jennifer Verraes sont toutes deux maîtres de conférences en études cinématographiques et audiovisuelles (Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, Université Paris 8-Vincennes-Saint.Denis).


Les auteurs :

Bruno Nassim Aboudrar, Teresa Castro, Térésa Faucon, Evgenia Giannouri, Fabrice Lauterjung, Mathias Lavin, Barbara Le Maître, Clara Schulmann, Clotilde Simond, Ken Slock, Jennifer Verraes.





2013
Trim. 1

Ernst Lubitsch
To Be or Not to Be



Illustration de couverture :
To Be or Not to Be de Ernst Lubitsch,
1942, © Rue des Archives/BCA.

Auteure

Jacqueline Nacache

Édition

scérÉn - CNDP-CRDP

Collection

Arts au singulier

Format

210x297 - 64 pages

Résumé :

TO BE OR NOT TO BE est sorti aux États-Unis en 1942. Ernst Lubitsch avait quitté Berlin pour Hollywood depuis vingt ans, et le pays, après Pearl Harbor, entrait tout juste dans le conflit mondial. Le cinéma, lui, s'y risquait avec prudence ; seul Chaplin s'était autorisé jusque-là, avec son Dictateur, la plus extrême audace.
To Be or Not to Be prend d'autres voies, non moins drôles, non moins graves. Il raconte la résistance d'une troupe de comédiens, pareils à tous leurs semblables. Charmants, égoïstes, vaniteux, mais capables d'une minute à l'autre d'endosser l'habit des héros ou de danser sur un fil entre vie et mort. Pour les histrions, le monde en guerre est un théâtre et la scène un champ de bataille.
En son temps, To Be or Not to Be fut peu ou mal compris, accueilli avec raideur par des critiques dont les films antinazis mettaient le goût à rude épreuve. Soixante-dix ans plus tard, le film vibre encore de ses paradoxes. Produit d'une époque troublée, il parle aux publics d'aujourd'hui comme à ceux d'hier. Incarnation de l'âge d'or hollywoodien, il joue avec ses normes, ses genres, ses limites.
Disons-le autrement: To Be or Not to Be est devenu un classique, et comme tous les classiques, il a au moins deux histoires. L'une est ancrée dans son temps, liée aux circonstances historiques, artistiques, sociales et culturelles de sa production. L'autre, non terminée, est écrite au jour le jour par chaque nouvelle génération de spectateurs, éblouis par ce mélange unique de futilité, de drame et de profondeur.


L'auteure :

Jacqueline Nacache est professeur d'études cinématographiques à l'université Paris-Diderot et spécialiste notamment du cinéma hollywoodien classique. Parmi ses ouvrages : Ernst Lubitsch (Edilig, 1987), Hollywood, l'ellipse et l'infilmé (L'Harmattan, 2001), L'Acteur de cinéma (Nathan, 2003), Lacombe Lucien (Atlande, 2008), Cinématismes. La littérature au prisme du cinéma (collectif, P. Lang, 2012, en collaboration avec Jean-Loup Bourget).





2011

LA COMÉDIE MUSICALE
ET LA DOUBLE VIE DU CINÉMA



Illustration de couverture :
Ziegfeld Girl
(Robert Z. Leonard, MGM, 1941)

Auteure

Viva Paci

Édition

FORUM et ALEAS

Collection

Études Cinématographiques

Format

158x205 - 206 pages

Résumé :

Le cinéma mène une double vie ! Dans ce livre, nous redécouvrirons des films de ce genre particulier qu’est la comédie musicale en survolant les classiques de la Warner (particulièrement ceux avec les chorégraphies de Busby Berkeley), les fa-bles colorées de la MGM, jusqu’aux films plus contemporains – puisque ce genre effectue un retour en force sur nos écrans depuis quelques années. Les comédies musicales, au-delà de l’époque ou du type de musique qui y triomphe, mettent en scène une tension visible entre une structure narrative et ces fragments réclamant l’autonomie que sont les numéros de chant, de chorégraphie et de danse : véritables attractions. Les numéros musicaux seront analysés suivant un parallèle avec des moments forts de la littérature moderne, les moments de description : morceaux de bravoure, exaltation de l’écriture, fragments réclamant indépendance et pourtant bien ancrés dans la narration. Le lien entre images et musique, qui constitue la singularité de ce genre, sera mis en perspective dans une longue histoire du spectacle, en deçà et au delà du cinéma. Des premiers pas du spectacle composite, qui ouvre la voie à des fragments de cinéma projetés sur une scène aux images en mouvement sur le Web (pensons à la plateforme Youtube et aux phénomènes de LipDub) : ces types de relations entre images et musique, qui sont tous propres à la comédie musicale, trouvent ainsi leur voie dans une nouvelle histoire des images en mouvement (et en musique).


L'auteure :

Viva Paci est Professeur à l’École des Médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), où elle enseigne particulièrement « Théories du cinéma et interprétations visuelles » et dirige la maîtrise en « Cinéma et images en mouvement ». Elle a obtenu sa maîtrise au DAMS (disciplines de l’art, de la musique et du spectacle) de l’Università di Bologna, et un doctorat à l’Université de Montréal, en littérature et cinéma. Tour à tour, elle a été professeur invitée à l’Université de Lausanne, à l’Università di Bologna et à McGill University où elle a été aussi chercheur postdoctoral. Auteur de Il cinema di Chris Marker, paru en 2005, Viva Paci a écrit et dirigé plusieurs ouvrages en collaboration avec André Habib, Ronald de Rooy, Be¬niamino Mirisola, Michael Cowan et Alanna Thain.